/  19 juin 2001

Les fonds communs de placement : un outil d’épargne toujours très utile

Certains investisseurs nous demandent quelle somme ils doivent accumuler dans leur REER. D’autres s’inquiètent des récents déboires des marchés boursiers, allant même jusqu’à remettre en question l’achat de fonds communs de placement (FCP) pour atteindre leurs objectifs financiers à long terme.

Quelle somme accumuler dans un REER ?

Les Canadiens peuvent contribuer à leur REER 18 % de leur revenu gagné l’année précédente sans dépasser un plafond annuel qui, depuis 1996, est de 13 500 $. Ce plafond, qui ne devrait pas changer avant 2004, a été de 7 500 $ de 1986 à 1990, de 11 500 $ en 1991, de 12 500 $ en 1992 et 1993, de 13 500 $ en 1994, puis de 14 500 $ en 1995.

Les contribuables canadiens ont donc pu cotiser, au cours des 15 dernières années, un maximum de 169 500 $ à l’abri de l’impôt dans un régime enregistré. Si vous aviez obtenu le rendement de la médiane* des fonds équilibrés* canadiens au cours de cette période, votre REER totaliserait aujourd’hui 331 725 $ (le Fonds omnibus FMOQ vous aurait même permis d’accumuler 389 650 $).

Par contre, si, depuis sa création, il y a 21 ans, vous avez contribué de façon maximale au Fonds omnibus FMOQ, vous devriez avoir accumulé 659 750 $ pour des contributions de 202 500 $.
Il vous reste maintenant à comparer ces chiffres avec l’ensemble de vos REER actuels pour évaluer leurs performances respectives.


Les FCP : une utilité incontestable

À l’instar des marchés boursiers, les FCP d’actions n’ont pas connu une bonne fin d’année en 2000 et le début de 2001 n’a guère été meilleur.

Au cours de la dernière année, les certificats de placement garanti* (CPG) ont procuré un rendement* positif (et sans risque) alors que beaucoup de FCP ont affiché des rendements négatifs. Ce n’est cependant pas une raison pour remettre en question cet outil d’épargne!

Le Fonds omnibus FMOQ a généré un rendement inférieur à un CPG de un (1) an à cinq (5) reprises au cours des 15 dernières années. Malgré cela, vous auriez pu y accumuler la rondelette somme de 389 650 $ (voir plus bas) comparativement à 247 815 $ si vous aviez investi uniquement dans des CPG de un (1) an pendant cette période (15 ans).

Les bonnes années compensent donc amplement pour les moins bonnes. De fait, depuis 1957, les mouvements baissiers* moyens ont été de 27 % et ont duré neuf (9) mois, tandis que les mouvements haussiers* moyens ont été de 86 % et duré 38 mois. L’important est donc de conserver ses investissements dans les marchés boursiers pour ne pas manquer les années de croissance, et non pas d’essayer de prévoir les nombreux revirements.

*Les mots en caractères gras qui sont suivis d’un astérisque (*) sont définis dans le glossaire de la chronique En bons termes.

 

 

 

 

 

 

La médiane de l’univers des fonds, telle que publiée par les organismes d’évaluation et que nous avons utilisée pour le calcul, n’est pas tout à fait exacte. En effet, compte tenu que plusieurs fonds équilibrés canadiens, parmi les moins performants, n’ont pas survécu à la période de 15 ans, le rendement de la médiane est gonflé artificiellement. La société Les Fonds d’investissement FMOQ inc., quant à elle, n’a jamais abandonné un de ses Fonds. Il faut cependant savoir qu’il est fréquent, dans l’industrie, de faire une croix sur les fonds les moins performants pour ne pas nuire à l’image de la famille des fonds offerts. Il va sans dire que plus vous observez des rendements à long terme (10 – 15 ans), plus ce ” biais du survivant ” (survivorship bias) est important.
Source : Morningstar PALTrak.

 

La règle du 72

Voici un petit truc pour calculer rapidement le temps qu’il faudra à vos investissements pour doubler leur valeur selon un rendement donné : diviser (÷) simplement le nombre 72 par le rendement moyen espéré.

Un exemple : si vous investissez dans le Fonds omnibus FMOQ et supposez que son rendement sera similaire à sa moyenne des 10 dernières années, soit 10,75 %, votre capital doublera en 6,7 ans (72 ÷ 10,75), et ce, sans ajout de nouvelles sommes. De la même façon, vous pouvez constater que votre capital doublera en 9 ans avec un rendement de 8 % (72 ÷ 8) et en 12 ans avec un rendement de 6 % (72 ÷ 6).